Après avoir enregistré une oeuvre dans la version originale, Gonzague Ruffieux compose une nouvelle oeuvre qui se construit avec et autour de l’oeuvre en question.
Les voix des choristes samplées et retravaillées numériquement sont utilisées autant comme voix en tant que telles ou comme instruments aux possibilités infinies.
Si la mélodie reste inchangée, l’harmonie, elle, devient contemporaine dans un tissus sonore des plus inovateur et surprenant.
Les techniques utilisées font appel à des moyens modernes tels que échantillonnages, samplers, ...
Jean-François Michel et Matthieu Michel improvisent sur un tissu sonore inhabituel.
Le violon devient, par la magie de la technique numérique, l’égal du son choral où le trait d’archet se transforme en lignes vocales.
Vous vivez la transformation de bijoux anciens en bijoux contemporains aux formes surprenantes et aux élans mélodiques insoupçonnés.